International Adventure Race
Adventure Racing World Series 2018

Une nouvelle année de raids aventure se profile avec en point d'orgue le championnat du monde en France  ! Raid in France du 5 au 16 novembre 2018 à La réunion, le teaser

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
 

D'ici là, nous suivrons les équipes françaises sur les différentes manches où elles se rendront.

 

 

 

 La première manche Maya Mountain Challenge du 25 au 28 février 2018, 400 TeamNaturex a annoncé sa présence, la liste des équipes n'est pas publiée sur le site

L'ensemble du calendrier, 400 TeamNaturex sera également sur l'Expedition Guarani, XTrail Expedition en Chine et Raid In France.

Agde Raid Aventure est inscrit à l'Expedition Africa avec une équipe composée de  Sabrina Maurette - Jean-Philippe Ferrier-Lafargue - Anthony Diaz - Ludovic Maillard 

Plusieurs équipes ont l'intention de se rendre en Suède  sur le Nordic Islands AR, à suivre...Les Petits Suisses Normands sont déjà dans la liste des  inscrits avec Julien Le Borgne, Aurélie Jacob, Vadim Hatton et Thibaut Ruamps.

 

 

 

 

 
EXPEDITION AFRICA

Le récit du team Issy Absolu - 9ème

Expedition Africa 2016: Issy Absolu a bouffé du lion !

Compte rendu du team en direct d'Afrique du Sud

Dimanche 14 mai au lever de soleil, 104 canoës s'élancent pour 500km d’aventures sur la cote sud de l Afrique du Sud. Départ spectaculaire dans la baie de Knysna avec d’entrée de jeu une épreuve originale de 4km de canoë orientation, avant de se diriger vers les falaises qui ferment la baie. CP sur un bateau a quelques mètres de magnifiques vagues avant de s’élancer pour un trekking de 13km avec des vues splendides depuis les falaises et une grande plage de sable fin.

départ prudent de notre équipe : nous prenons le temps de changer de chaussures pour éviter de se ruiner les pieds, Johann rentre bien dans la carte, boussole sud en main (grosse déviation par rapport au nord magnétique), Chiara se sent pousser des ailes pour son 1er ARWS et Ludo s occupe des CP (pas de pointage: il faut noter sur le passeport une lettre marquée sur un panneau format A4) et moi (Philippe) j’épluche le road book très bien fait et très complet: 1 page par section, des infos précises sur certains CP et des infos originales du style "attention présence d’éléphants sur cette section ".

4 heures de course et nous attaquons la section 'canoë surf ': 5 km de canoë en mer avec une entrée dans les vagues (sans problème) et un surf de sortie absolument démentiel : vagues de 3m de haut qui catapultent Philippe par dessus le canoë à la verticale ! Tout le monde passe à l’eau, mais elle n’est pas trop froide et en nageant nous réussissons à attendre la plage avec nos pagaies quelques minutes après notre canoë. Petit portage sur le sable et nous voila repartis sur une lagune beaucoup plus calme, au milieu d’une belle forêt ou nous apercevons nos premiers singes ! Les paysages de la région (la 'Garden Route" à l’Est de Cape Town) sont beaux et varies, et ils rappellent parfois l'Europe: forets d eucalyptus, grandes plages, falaises, montagnes arrondies, littoral tres verdoyant, mais des le premier jour du raid c est surtout la faune qui nous surprendrons: singes, des milliers d oiseaux, porc épics aux longues épines dégradées blanches/noires, colonies d otaries, requins blancs a quelques mètres du rivage. Pas de doute on est en Afrique et c est l’aventure comme on en rêvait tous les 4 depuis des mois passes à se préparer physiquement.

L’entrainement paye puisque des la fin de la première section de VTT (30 km assez roulant sur des pistes caillouteuses) nous nous retrouvons en 15eme position sans avoir forcé. Les autres équipes françaises ont mis les watts : Naturex est dans le peloton de tète et Arverne quitte la transition quand nous y arrivons. Pour nous, c'est un bon début avant d attaquer la première grosse section: un trek de 58km qui nous prendra toute la nuit. Ca n’arrête pas de grimper et descendre: 3000 m de dénivelé, ca fait travailler les quadris. Nous suivons des pistes balisées et bien entretenues avec un refuge tous les 16kms. Nous sommes surpris par le silence de la forêt et les grosses variations de température suivant les vallons ! Nous faisons tres attention aux pieds, à bien manger et boire et nous décidons de nous arrêter en fin de nuit au dernier CP: un refuge ou nous squattons une chambre avec 6 matelas ... le luxe ! Mais y en a un qui ronfle fort alors je déménage mon matelas dans la pièce voisine pour maximiser les 2 heures de dodo. Ce sera notre rythme chaque nuit: 2 heures de dodo par nuit plus quelques 'flash sleep' en début de nuit. Pas d’arrêt en journée car les journées sont malheureusement courtes: 11h de jour pour 13 heures de nuit. Nous voulions absolument être lucides pendant la journée pour profiter au maximum du spectacle, pas question de se trainer comme des zombies sans dormir. Cette stratégie s’avérera payante en fin de raid puisqu’on sera encore capable de courir sur le dernier trek et de lâcher nos poursuivants.

Nous passons toute la deuxième journée en VTT sur une section de 80 km sur des belles pistes et quelques singles tracks. Yo nous fait une orientation de folie, ce qui nous évite une grosse galère sur le CP 18 place dans une courbe de piste et qui sera 'loupé' par plusieurs équipes. En fin de section: magnifique point de vue du haut des falaises et il y a des panneaux indiquant la présence de baleines ! L’accès a la transition est compliqué car on croise un troupeau de vaches sur une piste pas tres large! La transition dans la ferme au coucher du soleil est l’occasion d’avaler rapidement un plat lyophilisé (comme en Galice, l’orga a eu la bonne idée de mettre à disposition des bouilloires sur la plupart des transitions, bien pense !). Nous avons pris notre rythme de croisière au niveau alimentation : une bonne dose de produits Overstim's pendant les sections (gels, barres salées et sucrées et poudre pour les remplissages de bidons) et aux transitions : du salé et un lyoph ou un bol de nouilles chinoises.

C'est parti pour une deuxième nuit de trekking, mais celui ci s’avère beaucoup plus piégeux et varié que le premier. Ca commence par un Coastering complique sur des galets ronds comme des billes, puis un détour de 4km car nous n avons pas vu le passage dans une barrière électrique et barbelée, puis traversée d'un village noir, genre township, escortés par la voiture de police du coin après avoir tente d'expliquer aux 2 flics les règles d'un raid aventure, puis trekking dans le bush ou nous tentons de longer une clôture mais on se retrouve coincés par une végétation impénétrable... et la seule façon de s'en sortir est de traverser un somptueux haras avec une piscine, une belle pelouse et des voitures de collections ... au risque de se faire tirer dessus par les proprios car ici ils ont la gâchette facile; nous retenons la leçon et restons sur des pistes quitte a faire des détours, mais nous aurons encore une barrière de 2m50 a franchir avant d'atteindre un CP dans une énorme grotte, puis la presqu'ile de Robberg, une réserve naturelle ou nous manquons de marcher sur une otarie en allant pointer un CP ! Dodo sur la plage, ce qui n'est pas idéal car le froid remonte par le sable, mais nous n'avons pas le choix: pas d'endroit sec et protège du vent, alors que nous sommes au bout du rouleau (nous dormons debout....). La vue au lever du soleil sur la large baie de Plettenberg est somptueuse et nous croisons un traileur local qui nous indique où voir des requins blancs !!... et ils sont bien là, à longer la côte a la recherche de leur petit déjeuner. Un instant magique. 10km plus loin nous traversons les belles villas de Plettenberg pour rejoindre un estuaire avec des bancs de sable et une traversée sur 50m a la nage pour atteindre la transition 7. C'est la première porte horaire du raid et nous sommes contents de la passer avec 16h d'avance. Transition un peu lente (1h30) car il faut faire attention a transférer une partie du matériel d'une caisse a une autre pour être sur d'avoir les bonnes chaussures au bon endroit (l'orga nous avait mis a disposition 2 caisses, plus 1 sac pour le matériel kayak et 1 pour les cordes, et il faut anticiper en fonction des infos du road book; il est a noter que la logistique de l'orga sera parfaite tout au long du raid; ils sont trop forts ces Sud Af et tellement chaleureux: il y a même un spectateur qui nous mettra à fond la Marseillaise sur la stéréo de sa voiture pour nous encourager !!).

En troisième jour de raid nous partons a 14h en canoë pour un enchainement canoë/trek/canyon/via ferrata/trek qui va s'avérer être une véritable épopée digne des grandes sections du RIF. Le road book parle d'un temps mini de 12h ... mais on mettra plus de 24h à s'en sortir. Prudents nous sommes partis avec double dose de nourriture. C'est la seule section ou le sac est lourd car on a la combi néoprène, le gilet de sauvetage et le baudrier. Le début de section est épique: il faut remonter une rivière en tractant et poussant les canoës sur des petits rapides. C'est rafraichissant la première fois, mais crevant à faire 10 ou 15 fois. Au bout de 4 heures, on est bien content d'arriver enfin, en compagnie d'une équipe Sud Af (la 31) que nous suivons pour l'opération "sanglier" au début du trek: une montée "droit dans le pentu" sur 200m de dénivelé avec une vegetation digne du maquis corse ... et aucun chemin carte. En fait il y a un sentier et nous tombons heureusement dessus ce qui nous évite 2 heures de "jardinage". Bien joue ! La suite du trek est plus roulante, sur des belles pistes. Encore un gros trek de nuit, ce qui est bien pense de la part de l'orga car c'est beaucoup plus sympa que le VTT ou le canoë. A 23h nous arrivons au début du canyon. Yo et moi pensons que ca va encore être une galère comme au RIF 2011 et 2012 ou nous avions caillé dans les canyons de nuit, sans profiter de la beauté du spectacle. Mais bonne surprise: le contrôleur nous annonce que la première partie du canyon (celle avec les rappels encaissés) n'est plus obligatoire car les équipes devant on eu tellement froid que cela devient dangereux. Nous pouvons donc sauter cette partie et rejoindre à pieds le mini Via Ferrata et descente en rappel de 50 m qui ramène dans le canyon. Comme il est déjà minuit, nous décidons de profiter de cet endroit bien sec pour dormir 2 heures avant d'aller faire trempette ! Les 31 font dodo à côté quand nous nous levons et enfilons nos combis néoprènes et gilets de sauvetage (obligatoire, bonne idée car cela nous aidera dans la rando aquatique). 45mn de via ferrata et beau rappel sur un éperon rocheux et nous voila partis pour environ 7kms et 5 heures de rando aquatique tres glissante, dure pour les chevilles, plus des gamelles ... et puis il y a de nombreuses piscines à traverser à la nage de nuit, gla gla....

Surprise a 5h30: 2 gars enroules dans leur bivi bag au pied d'une falaise nous interpellent à moitié en espagnol a moitié en anglais. Ce sont les 2 argentins d'une équipe associée avec 1 espagnol issu d'une équipe célèbre. Les 2 gars se sont visiblement fait lâcher par l'espagnol et la féminine, et ils se sont arrêtés pour essayer de se réchauffer. Nous mettrons 1h30 avant de retrouver les 2 autres, qui eux ont fait un feu (ils avaient les allumettes du kit obligatoire ... mais ils ne sont pas retournés chercher leurs équipiers ... incroyable et dangereux, c'est là où on voit la différence entre une vraie équipe solidaire et les autres...). Nous cela nous arrange puisque nous gagnons une place, ce qui d'après nos calculs, nous fait rentrer dans le top 10, mais ne nous emballons pas, il reste encore 3 jours et notre objectif principal, c'est de passer toutes les portes horaires et de franchir la ligne d'arrivée avec des images plein les yeux.

Le jour se lève sur le 4eme jour quand nous sortons du canyon et attaquons le long retour à la transition 7/9. Un énorme serpent noir (un mamba ?) se chauffe sur le chemin de descente à la plage et nous nous reculons pour le regarder grimper sur un arbre en quelques secondes, avant que lui aussi s'arrête pour nous observer de son perchoir. Nous enchainons plusieurs plages et des petites criques, les pieds dans l'eau et nous passons sous plusieurs arches naturelles taillées par la mer dans une roche ocre. Splendide, quel pays superbe. Une longue ligne droite sur une plage vent de face nous amène enfin devant la transition, mais nous sommes à marée haute et le bras de mer pour rejoindre la transition est devenu énorme: au moins 300 m à nager avec des vagues et du courant. Chiara a la bonne idée de nous faire re-enfiler la combi néoprène ! Heureusement car on passera un bon moment dans l'eau fraiche.

Les 31 arrivent sur nos talons et on sent que ca va être la bataille entre nous pour la 10eme place ! Saine émulation mais attention à ne pas se griller. Nos 2 équipes se croisent sur le canoë orientation suivant lorsque nous faisons un petit demi-tour pour reprendre le bon itinéraire. Nous croyons les avoir lâché en canoë, mais ils nous rejoignent 2 heures plus tard sur le VTT et Yo a même la gentillesse de leur signaler un CP alors qu’ils allaient louper. C'est la plus longue section du raid: 118km et ca commence par des grosses montées sur des larges pistes. Je n'arrive pas à aller aussi vite que mes coéquipiers et Ludo m'aide en me tractant dans une longue côte. Nous faisons un flash sleep sur un bon carré d'herbe sèche et confortable, puis la piste devient une série de montagnes russes. C'est quasi pleine lune et nous pouvons rouler sans éclairage sur les longues pistes blanches ... instant magique. Malgré une boisson énergisante et un gel caféiné, nous n'arrivons plus à tenir les yeux ouverts. On appelle ça une attaque de 'sleep monsters'. Nous nous arrêtons dormir une heure au bord de la route, mais nous loupons un peu le réveil et finalement nous dormons 1h30. Bonne surprise nous rattrapons les 31. Ils ont dormi 1h30 aussi à quelques centaines de mètres devant nous, mais ils se trainent. A 5h du matin nous décidons de quitter la piste principale et d'utiliser un chemin qui descend vers le CP46. Nous savons qu'il s'arrête avant le CP, mais on ne s'attendait pas à se retrouver dans un «bush» épais et en plus devant un canyon profond. Yo fait le bon choix de partir en reconnaissance sans le vélo et 15 minutes plus tard il revient avec la bonne nouvelle: le CP est juste après le canyon. Nous faisons donc une descente façon sanglier, avec le vélo à l'épaule ( ça rappelle des souvenirs de RIF...). Nous pensons avoir perdu une heure dans ce bush et nous roulons les 30 derniers kilomètres au soleil levant en se demandant ou sont passes les 31 ? 10 km avant la transition nous nous retrouvons au milieu de centaines d'autruches ! Certaines se mettent à courir à côté de nous ... on monterait bien sur leur dos. L'élevage d'autruches est une spécialité locale depuis le 19ème siècle (avant pour les plumes des chapeaux des Européennes, maintenant pour la peau qui sert à faire des vêtements, et pour la viande). A nouveau une bonne surprise à la transition de fin de VTT: les 31 ne sont pas passés. Cool ! Nous enchainons rapidement avec le dernier trek de 26kms dans des petites montagnes avec des points de vue superbes sur les alentours, et la mer au fond. Il fait à nouveau super beau (5 jours de beau temps avec juste une petite pluie sur la fin du précédent VTT, ça rend le raid plus agréable et ça permet de profiter du paysage). Yo continue à nous faire une belle orientation, Ludo avance fort et Chiara court comme un lapin duracell, tout en jetant des coups d'œil en arrière toutes les 5 minutes. Nous explosons le chrono sur ce trek: 4h30 alors qu'il était donne en 5h12 minimum ! Ensuite nous enchainons avec un petit VTT de 16km en descente, facile (heureusement car un des galets de mon dérailleur a perdu 3 dents et je n'ai pas tres envie de finir en pignon fixe...).

A 14h en ce 5ème jour d'Expedition Africa, nous attaquons les 10 derniers kilomètres en canoë. Le vent s'est levé et nous devons lutter pour avaler les derniers kilomètres de lagune. L'organisatrice (Heidi) a la bonne idée de nous accueillir avec 2 drapeaux. De loin on croit voir le drapeau français et le drapeau italien (sympa pour Chiara !), mais en fait c'est le drapeau irlandais, ca ressemble un peu.. Tres belle arrivée bien organisée avec un beau comité d'accueil (merci à Naturex et Arverne arrivés quelques heures plus tôt et qui sont là pour nous applaudir), du mousseux, et des canapés confortables et une pizza pour le débriefing à chaud avec EndorphinMag. Nous découvrons alors que notre belle progression a fait le buzz; on ne s'attendait pas à avoir autant de messages de soutien: un grand merci a vous tous car ca fait chaud au cœur !

Finalement cette Expedition Africa nous a conquis et nous recommandons ce raid pour la qualité des parcours et surtout l'excellence de cette organisation parfaite. Nous avons vécu tous les 4 une aventure splendide, difficile, surtout les longues nuits, et tout particulièrement celle passée dans le canyon. Yo a été énorme en orientation, et pour leur premier ARWS, Chiara et Ludo ont su gérer le sommeil et l'effort (et les pieds !) de façon magistrale, avec une vitesse de progression impressionnante. Bravo et merci.

L'édition 2017 pourrait être encore plus spectaculaire avec probablement un retour dans les montagnes du Drakensberg. Ca donne envie de se remettre a l'entrainement des que le corps aura récupéré